Forum rp sur les univers de Final Fantasy VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII et Valkyrie Profile.  
AccueilRechercherPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Saki Beoulve

Prophétesse

Prophétesse

Messages : 6
XP : 4
Date d'inscription : 06/01/2018
Localisation : ivalice
avatar

MessageSujet: Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]   Mer 21 Fév - 10:46

Le tambourinage de la pluie qui tombait drue à l’extérieur accompagnait mes réflexions, alors que j’étais perplexe à ma table, mes doigts courant sur le bord de ma tasse à laquelle je n’avais pas encore touché.J’étais revenu à Rabanastre depuis deux jours seulement en utilisant le télé cristal. J’avais retrouvé Wedge et Biggs à mon arrivée au qg du clan Centurio. Ces dernières semaines, j’étais en effet pensive au sujet de ce que je devrais faire par rapport à mon passé et mes flashs.

Un bout par lequel commençait serait l’attaque du Septentrion, dont les circonstances son assez obscure même si officiellement il apparaît que la cible principale était le juge Roland. Toutefois aucun coupables n’a été prouvé, ni aucune responsabilité, que ce fut du côté de Dalmasca ou d’Archadia. Toutefois le temps, une quinzaine d’années, l’affaire était devenu une affaire oubliée que beaucoup avaient oubliée.Enfin des soupçons avaient pesé sur Archibald, le frère du juge Roland , au motif qu’il voulait récupérer les richesses de Roland. Toutefois si Archibald avait été arrêté et que le fait qu’il était une pourriture avait été avéré, car il avait été confondu par Xanatos, le fils de Roland, sa culpabilité dans l’affaire n’avait pas été avéré.Et il s’était pendu dans sa cellule avant de pouvoir être jugé, un autre élément assez curieux car de ce que j’en savais, ça ne collait pas au caractère du personnage.

Bref tout ça pour dire que je n’avais aucune piste sur cette affaire. Avec l’aide des deux larrons, j’avais enquêté dans Rabanastre, aussi bien la ville haute que basse, pour « secouer » quelques contacts de Wedge mais rien.Pourtant j’avais la certitude que ses faux-semblants allaient plus loin. En fait cela était dû à mes visions. mais je me demandai si la cible de l’attentat était vraiment le juge.J’avais gardé cela pour moi  car cela paraîtrait complètement farfelues. Peut-être que je devrai tout simplement me contenter de la vie que j’avais. Je n’avais pas à me plaindre et j’avais tout de même de quoi faire, bibliothécaire, guérisseuse et prophétesse dans ma tribu. Et si je voulais un peu d’action, je pouvais toujours accompagner Wedge et Biggs à l’occasion puisque j’étais moi-même membre honorifique du clan Centurio. Il paraissait difficile d’avoir plus. Après tout, les deux dernières entités supérieures qui avait menacé Ivalice avaient été éliminé, par un seul et même groupe qui plus est.
Ces visions d’une vie antérieure où j’étais...une reine conquérante exacerbait mon orgueil et je m’étais entraîné avec encore plus de motivations que j’en avais déjà. Cependant tout cela n’était peut-être qu’un vaste rêve. Tout comme le fait que je puisse être affilié à un genre d’entité qui n’était pas sans rappeler les Occuria. Que j’étais soit une élue, mais sans savoir si j’étais un héros ou un démon.

-Croyez-vous au pouvoir de l’âme humaine ?


Je levai la tête de ma tasse, ayant l’air à la fois surprise et mécontente. Debout devant moi se tenait une personne vêtue d’un long manteau à capuche blanc et dont je ne voyais que les yeux émeraude puisque le bas de son visage était recouverte par un foulard. Toutefois il semblait d’un certain âge et était typé asiatique.Je regardai autour de moi, personne ne semblait l’avoir remarqué mais ça par contre , c’était plus normal vu l’effervescence qu’il y avait dans la taverne du casque d’or.Cette personne, j’avais du mal à déterminer son sexe, avait pu entrer dans la cohue au milieu des discussions et des beuveries. Et sur le son du piano dont était en train de jouer Wedge.A voir ce barbu costaud et ses manières d’ours, on imaginerait pas qu’il soit d’origine noble et puisse être si bon pianiste.Toutefois la beauté de la chose était contrasté avec quand il faisait des pauses pour se siffler une choppe de bière, et s’enfiler de grandes platées de haricots.De son côté Biggs, ce beau gosse efflanqué et blondinet au yeux bleu, jouait à un duel de « tire ou bois ! » contre Raoul, le débonnaire tavernier de l’établissement, un jeu de fléchettes ou les deux adversaire tirent sur une cible comme dans une partie normale, la différence étant que quand quand on perd une manche , on doit boire une choppe de bière cul sec.Le match était serré, du moins au niveau des points.Normalement ce roublard de Biggs gagnerait haut-la-main mais il devait tirer en étant de plus en plus loin, a chaque tir réussi, et surtout en tournant le dos à la cible.Même comme ça, il me semblait évident qu’il faisait exprès de louper des tirs pour avoir une choppe gratuite, qu’il buvait comme si c’était du lait. Il avait encore bien dupé Raoul pour pouvoir boire sans risquer d’augmenter son ardoise. Quant au tavernier, il croyait dur comme fer avoir sa chance. Contrairement à Biggs , il était bien pompette et j’ai l’impression qu’il n’allait pas sortir d’ici sur ses deux pieds. D’autant qu’il devait régulièrement interrompre la partie pour s’occuper de servir des clients, moment pendant lequel Biggs en profitait pour modifier les scores, au profit de Raoul pour faire durer la partie.

Je me retournai et vis que la personne s’était assisse tranquillement à ma table. Elle était en train de couper...un jeu de cartes.Je voyais l’oiseau à présent. Je fronçais les sourcils et fis un geste pour lui faire signe de dégager avant de lui répondre sèchement.


-Non je ne pratique pas ce genre de jeu, va voir deux tables plus loin. Tu trouveras des accrocs avec qui t’amuser.


-Toutes mes excuses, madame, ce ne sont pas ce genre de carte. Non ce que je vous propose c’est de vous laisser tirer plusieurs cartes montrant votre destinée.

-Et tu as vu que je serai la meilleure personne à qui soutirer de l’argent.

Soupirai-je.

Mon appartenance tribale ne faisait pas de doutes à ma tenue composée d’une robe de cuir souple, rouge et noire avec un léger décolleté et une jupe courte assortie d’une paire de longues bottes cuissarde noire à talons, de gantelets ou de mitaines noires aussi,et plusieurs ceintures avec des sacoches . Une tenue exotique mais assez riche notamment avec mes colliers. De Sukh à Montblanc en passant par Wedge et même Biggs, on m’avait en garde en disant que cela pourrait attirer des voleurs et escrocs. Par contre, j’avais laissé mon masque dans mon sac car mieux valait éviter d’attirer encore plus de regards sur moi. Enfin si j’avais su que j’allais avoir droit à des opportuns, je l’aurai pris pour les dissuader.

-Non madame, cela est gratuit.

-Hmm, et quel intérêt pour toi ? Et pourquoi moi ?


-Parce que je m’intéresse seulement aux personnes ayant une destinée digne de ce nom.Toutefois sans même vous faire tirer de cartes, je ressens que vous êtes en proie à de profondes incertitudes.

-En effet, ma première incertitude est de savoir  comment je devrais utiliser ma magie.


-Ah bon ? Intéressant, intéressant. Dites-moi en plus !

-Si je devrais de te foudroyer ou te refroidir...


-Ah ah, je vois que vous...enfin que tu doutes encore.Si tu permets que je tutoie. Tu aurais cependant tout intérêt à prendre au sérieux ce que diront les cartes.

Loin de se démonter, l’autoproclamé oracle étala des cartes sur la table, face retournée. Plusieurs lignes de taille variables en nombre et en haut et en bas une carte toute seule.

-Je vais t’expliquer les règles Saki.
Déclara l'oracle sur un ton plus sérieux.



Je tiltai en entendant mon nom. Drôle de personnage vraiment.D’autant plus étrange  alors plus que son manteau était sec alors qu’il pleuvait des cordes dehors.  Ma méfiance s’accrut mais Je me dis qu’il pouvait s’agir d’un tour organisé par Montblanc ou Sukh, et que cette personne aurait été envoyé mon attention.Ce qui expliquerait qu’elle connaisse mon nom, et une boulette de sa part

-Il y a devant toi trente cartes. Tu as le droit d’en tirer neuf, chaque carte à une illustration qui représente un élément de ta destinée. Toutefois, certaine cartes peuvent être dangereuses.


Je ricanai.J'ai survécu au crash d'un airship, ce serait insolite que ce soit un simple tirage de cartes qui viennent à bout de moi.En tout cas , cet oracle savait faire le spectacle. Je devrai lui proposer de l’engager comme mon assistant.

Je choisis ma première carte, au milieu de la ligne intermédiaire et la retournai. Un chemin avec trois portes.

-Les trois portes. Cette carte indique trois rencontres à venir. A priori de bons augures.


Voilà qui semblait bien bateau comme prédiction. Pourtant cette carte avait quelque chose de familier.Son décor de fou représentait l’espace avec d’étranges distorsions….

- Blazing espace...


-Pardon?

-...non rien. Et maintenant ?


- Je t'en prie. Tires ta deuxième carte.

Je choisis une carte une rangée plus bas et deux crans à droite. Elle révéla un clown en train de marcher sur un fils. Toutefois, il avait l’air d’être sur le point de basculer d’un côté ou de l’autre.

-Le fou.

Je frappai violemment ma main contre la table.

-Comment ! Tu oses me traiter de cinglée?


-Ah ah, non...enfin on a tous une part de folie mais dans ton cas, tu te tiens sur un équilibre précaire, déchirée par plusieurs choix. Toutefois comme le montre cette carte, tu pourrais finir par basculer d’un côté ou de l’autre.

-Quels sont ses côtés ?


-Cela la carte ne le précise pas. Enfin tu le découvriras par toi-même...a moins que tu ne le saches déjà.

Toujours des histoires de choix. Enfin cela ne m’avançait pas vraiment. Pour la carte suivante, j’hésitai entre deux cartes mais je choisis celle qui était tout en haut. Elle révéla l’image d’un trône sur lequel flottaient un majestueux manteau et une couronne.Toutefois il n’y avait personne sur le trône ni pour avoir le manteau et la couronne.D’ailleurs je notais que la bordure de la carte était brillante.

-Oh la royauté. Une carte des plus intéressantes. Elle signifie que tu pourrais finir souverain.  De quel genre de royaume? Ça je l’ignore par contre car…

-….oui oui la carte ne le montre pas…


-Parfaitement ! Tu comprends vite.

J’avais répondu sèchement mais je retentais une vive excitation avec cette carte . Un royaume qui m’appartiendrait. Certes ces cartes ressemblaient à des clichés promettant monts et merveilles, pourtant les éléments qu’elles évoquaient collait étrangement bien avec moi, et mes visions. Pour la quatrième carte, je pris celle au bout de la ligne où j’avais tiré ma première carte. C’était la carte avec laquelle j’avais hésité tantôt. En la prenant, j’eus une étrange sensation de malaise . Je la laissai tomber et bien qu’elle aurait du retombé du même côté, elle se retourna. Un désert mais ce n’était que le décor de fond qui était occupé par une énorme soleil avec des bras et des jambes et un visage affichant un rictus sinistre. Concrètement ce n’était pas une vision terrifiante pourtant je ressentais quelque chose comme si on tentait de m’intimider. Et je vis que même l’oracle semblait choqué par la vue de cette carte. Carte qui avait elle aussi une bordure brillante.

-Oups. L’adversaire. Cette carte signifie que quelque part, quelqu’un est apparu. Un champion ou une championne, leader parmi tes siens. Un obstacle qui te causera des problèmes et auquel tu devras te confronter un jour…

-Dis-moi, ce désert qui l’entoure veut dire qu’il vient du désert ?


-Non pas forcément, c’est symbolique. Tout comme le fait qu’il est peu probable que ton adversaire ressemble à un soleil avec des bras et des jambes.

Au moins, cela montrait qu’il n’y avait pas de « bonnes » cartes. Je me remémorai cette sensation désagréable que j’avais sentie quand j’avais pris la carte.Ne voulant pas paraître troubler je pris la prochaine carte en y allant au pif. Ce qu’elle révéla fut le dessin d’une épée richement décoré et à double tranchant, avec une lame à chaque extrémité.

-La lame du jugement. Une arme puissante et précieuse qui a joué ou jouera un rôle important dans ta destinée. Toutefois, le double tranchant indique qu’elle pourrait aussi bien te protéger que te blesser...ou pire. Évidemment, là encore, ça ne veut pas dire qu’il s’agirait forcément d’une épée.

-Des rencontres, un royaume qui m’attend, un super adversaire, une arme absolue…c’est vraiment tous les éléments d’une épopée…un vrai conte tout ça !



Des halos jaillirent au niveau de mes yeux.

-J’espère que tu n’es pas en train de te payer ma tête depuis le début.


-Comme je l’ai dit, c’est à toi de prendre aux sérieux les cartes. Tu en as tiré plus de la moitié . On continue.

Comme précédemment je voulus prendre une carte au feeling. Ma main alla vers la carte toute seule en bas. Pourtant je m’arrêtai avant de la prendre.

-Eh bien. Que t’arrives-t-il ?

Je retirai ma main de la carte.

-J’ai une mauvaise impression sur celle-là.


-Choisis en une autre dans ce cas.

-Oh c’est malin ça abruti. T’es content de toi ?
S’exclama Wedge.

Je me levai et vit que Wedge sermonnait Biggs alors que Raoul était tombé ivre mort. Et cela ne plaisait pas aux clients qui gueulait , alors que deux bonnes âmes, Wedge et John, un soldat retraité, transportaient le tavernier dans son lit dans la chambre à l’arrière

-Oui qui va nous servir du coup ?


Bien que la situation lui était défavorable , Biggs n’était pas stressée le moindre du monde et souriait. Il s’exprimât de sa voix affable.

-Pas de panique, j’avais prévu un plan de secours. Saki-sama, viens là s’il-te plaît !

Je soupirai de dépit, voyant ou ça nous menait. Je me levais  et rejoignis Biggs à qui j’assenais une grosse tape sur l’arrière de la tête.

-Crétin, tu avais tout prévu ?


-Pas tout, n’exagérons pas.Ne surestimes pas mon génie.

Je croisais les bras en le regardant d’un air furieux.

-Et tu comptes sur moi pour remplacer Raoul pour le reste de la soirée au bar ?


-Oh allez tu l’as déjà fait. Et t’avais trouvé ça rigolo.

-C’est plutôt toi et d’autres habitués qui avaient trouvé ça rigolo.Surtout que de base j’avais fait ça pour vous aider à éponger votre ardoise, à toi et Wedge.


-Oh la ! Je te rappelle que t’étais dans le coup aussi, à partir du moment où t’as participé à la baston avec nous.

Je soupirai encore alors que les habitués m’encourager à le faire car comme on venait de le mentionner, j’avais déjà du me prêter à une expérience dû genre suite à une grosse bagarre, celle qui m’avait permis de sympathiser avec le duo après une première rencontre plutôt froide au qg du clan Centurio. Bien que nos adversaires fussent une bonne vingtaine, on les avait rétamé facilement mais en faisant de la casse. Si bien que Raoul avait fait un scandale, menaçant de nous faire arrêter si on ne remboursait pas. Bien impliqué dans cette galère malgré moi, j’avais dû contribuer au remboursement sauf que cet idiot de tavernier avait proposé que je travaille ici pour le remboursement. Condition qui avait été accepté immédiatement par Biggs et que Wedge ne trouvait point méprisable, selon ses propres termes.
Cela avait été une expérience insolite mais pas si désagréable que ce à quoi je me serai attendu.Ma sociabilité d’artiste itinérant s’était réveillée. Il y avait une ambiance plaisante ici et j’avais sympathiser avec les habitués du bar. Même si j’avais eu quelques blagues, cela passait. Bon j’avais lancé un zap(foudre 1) sur l’un d’eux qui m’avait donné une tape sur les fesses malgré l’avertissement de Biggs, et  en laissant mon aura émanait sous forme de flammes. Cela avait calmé les ardeurs pour leur faire comprendre qu’il ne fallait pas aller trop loin . Toutefois si j’avais mis de la bonne volonté, c’était aussi parce que je me disais que ça ne se reproduirait pas.

Malgré tout, je me résignai à dépanner, tenant compte que Biggs et Raoul auraient une dette envers moi. Mais voila qu’avec tout ça j’oubliai ce que j’avais commencé.

-D’accord mais là j’étais occupé et je doi…


Je m’arrêtai au milieu de phrase, voyant qu’il n’y avait plus l’oracle ni ses cartes à ma table.

-Ah tu veux finir ton verre. Je comprends. Ok, ben prends-le avec toi et voit le coté positif. Au bar tu pourras te resservir quand tu le voudras. Pour la sieste par contre faudra la remettre à…

Je lui assénais un nouveau coup sur la tête. Et récupérant ma tasse et mes affaires à ma table je regardai je ne vis rien qui prouvait le passage de l’oracle. En fait peut-être que ce casanova de Biggs avait raison et que j’avais tout bonnement somnolé sous le poids de l’ennui. Ou alors il s’agissait encore de vision mais ce serait étonnant puisque ça avait pris place à l’endroit où je me trouvais actuellement.
Je pris ma fonction de barman et commençai mon service . J’étais déjà familiarisée avec le bar. Derrière le comptoir il y avait trois gros tonneaux avec des robinets, un pour la bière, un pour le whisky et un pour le cidre. Et au-dessus, une étagère avec plein de bouteilles de formes diverses avec toutes sortes de saveur tel que du sureau, du melon au épices ou encore de la cannelle. Et encore au dessus, il y avait un sabre accroché en décoration ce qui était surprenant de la part de l’aubergiste pantouflard ,gros et chauve mais quand je lui avais demandé, il m’avait répondu qu’il l’avait eu pour un bon prix et que ça faisait « cool ». Toutefois alors que je jetai un coup d’œil à mes sacoches, je trouvai dans l’une d’entre elle.. des cartes,Les cinq que j’avais tiré. Je les étalai dans un coin  du comptoir, à l’abri des curieux pour les examiner. Oui, c’était bien elles.

-MALÉDICTION ! MA BOURSE !


Je haussai les yeux en voyant Wedge fulminait. Il venait de s’apercevoir qu’il n’avait plus sa bourse. Biggs lui signala  alors qu’il avait dû la faire tomber sur la route. Wedge lui jeta un regard soupçonneux auquel Biggs répondit par un sourire coquin, ou de charmeur selon lui-même, et qui avait du succès auprès des minettes. Après ça le barbu sortit en trombe de la taverne en gueulant

-MON ARGENT !


Gare à ceux qui se trouvaient sur son passage car il tenait du bulldozer dans ce genre de situation.

Quant  à Biggs, il vit au comptoir me demander une autre bière.

-Je sais que c’est toi qui est responsable pour sa bourse.


-Allons j’ai fait une bonne action. D’ailleurs tu ne m’as pas dénoncé.

Cette fin d’après-midi, avant de venir ici, on avait enquêté dans la ville-basse de Rabanastre. Et alors qu’on rentrait , on était passé devant un groupe d’enfants des rues, une chose hélas bien trop fréquente dans le monde dit civilisé. Si Wedge ne semblait pas se rendre compte de leur présence, j’avais surpris Biggs leur adressait son fameux sourire alors qu’avec sa dague, il avait habilement coupé le cordon de la bourse de Wedge pour la détacher de sa ceinture, et leur avait lancé. Une manœuvre qui démontrait bien l’habilité et l’audace du voleur, puisque Wedge n’était pas un pigeon et que ça aurait fait mal s’il aurait choppé.

-Et tu n’as pas peur que ton copain Wedge soit violent s’il trouve sa bourse ? Et ces gosses ? Et s’il découvre que c’est toi ?


-Ah ah, Wedge fait le gros dur mais c’est un cœur tendre. Je suis quasi sûr qu’il leur laissera sa bourse, voire même qu’il jouera un peu avec un. Et puis, ne sous-estime pas « ces gosses », ils sont malins et connaissent le coin comme leurs poches, et les poches des gens qu’ils volent à l’occasion. Ce qui ne les empêche pas d’être mature et d’avoir un code de l’honneur donc aucun risque qu’ils me dénonce.

-Si tu veux...Eh Biggs est-ce que t’aurai pas vu un type bizarre tout à l’heure...


Je lui décrivis l’oracle.Je vis que le beau gosse était sceptique et quand j’eus fini, il ricana.

-Ah ah sûrement que si c’était une créature de rêve je l’aurai vu mais je pense que tu as du rêver comme je le disais.

-Tss crétin...merci quand même…


-Pas de problème. Je suis dans le coin si tu as besoin.

J’hésitai à lui montrer les cartes mais je ne pensai pas qu’il me croirait et voila qu’il partait boire dans un coin du bar. John et ses amis  m’appellerent et je commençai à leur tirer leurs boissons. Dans la précipitation, j’avais laissé les cartes sur le comptoir du bar





*****


Cependant il y avait un élément que je n’avais pas vu. Une carte tombée sous un pied de la chaise que j’occupais à ma table. La carte que j’avais failli tirer. Si on la retournait elle représentait un squelette dans un cage pendue, le Cachot. Si quelqu’un l’a touché, il, ou elle, aurait, même sans pouvoir magique, l’expérience d’un  violent flash lui faisant brièvement se retrouver à la place du squelette .
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Asche

Éclair Flamboyant

Éclair Flamboyant

Messages : 7
XP : 4
Date d'inscription : 08/01/2018
avatar

MessageSujet: Re: Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]   Ven 23 Fév - 12:54

Cette journée allait être mémorable. Pourquoi je dis ça ? Concrètement, je n’en ai aucune idée. Un pressentiment, des fois on a ce sentiment que quelque chose va arriver. Et jusqu’à maintenant je ne me suis jamais vraiment trompée, après de là à savoir quand ça allait me tomber sur le coin du nez fallait pas pousser non plus. Je suis pas devin si ça trouve rien ne se passerait, mais en tout cas, je n’allais pas changer mes plans pour la journée pour attendre que ça se passe, ça c’était clair. J’avais prévu d’aller voir les enfants des rues aujourd’hui. Ayant été l’une d’entre eux par le passé j’avais pris l’habitude depuis que j’étais revenue de ma formation militaire à Archadia d’aller les voir connaissant l’endroit où était leur quartier général.

Cependant, je me préparais un minimum avant d’aller les voir, filant sous la douche puis m’habillant de façon simple, mais classe toute en noir bordé d’orange. Un pantalon de cuir avec un chemisier et une veste par-dessus. Rien de bien luxueux, mais juste ce qu’il faut pour avoir un look assuré comme je les aime. J’aimais bien l’image que je rendais aux autres le fait d’être assez froide et tout comme ça les crétins réfléchissaient à deux fois avant de m’aborder ce qui me faisait deux fois moins de travail de rembarrage parce que bon je suis du même bord qu’eux après tout donc aucun de m’intéressera. Les femmes c’est bien différent, mais je n’ai pas encore trouvé la perle rare.

C’est bizarre d’ailleurs quand on y pense. J’ai l’impression d’être en attente d’une personne spécifique depuis ma naissance, mais je ne comprends pas vraiment pourquoi ni comment je pourrais bien trouver cette personne d’ailleurs. Et comme je n’aimais pas spécialement savoir l’avenir à l’avance je n’allais pas faire de trucs spécialisés dans le style comme de la divination malgré que ça m’ait toujours assez intéressée me demandant bien comment les gens pouvaient lire l’avenir dans une carte. En même temps de base je ne suis pas vraiment très spirituelle donc bon… Mais pourquoi pas après tout ?

Je fus prête assez rapidement et quittais donc mon domicile afin de me rendre dans le quartier pauvre et plus spécialement dans une maison qui était censé être abandonnée, mais qui se trouvait être le fameux quartier général des enfants des rues. Une fois arrivée je fus reçu avec beaucoup de chaleur et plein de câlins. Je n’étais pas vraiment tactile ave tout le monde, mais ces gosses avait vécu l’enfer comme moi à l’époque et j’aimais beaucoup leur rendre visite les leur simplifié la vie en leur apportant tout ce dont ils avaient besoin.

Ils restaient cependant là quand même, car ils ne voulaient pas être disséminés dans des familles et se perdre de vue ou alors être engagés dans l’armée ce qui pouvait être le cas. Vu qu’ils étaient des enfants des rues ils n’avaient pas forcément d’attache selon les militaires et ils servaient donc la plupart du temps de chair à canon. Bien sûr les militaires se gardaient bien de dire que la jeunesse en détresse servait à ses fins là si jamais ils avaient le malheur de les choper. Je comprenais donc qu’ils restent ici. Et comme je disais la maison même si elle était abandonnées était en bon état et bien assez grande pour tout ce beau monde. C’est moi qui avais d’ailleurs racheté le terrain histoire qu’ils soient tranquilles.

Comme personne n’osait me défier parmi les riches et les politiques, personne ne viendrait s’intéresser de trop près à cette vieille maison « inoccupée ». Du coup, je m’informais un peu des dernières nouveautés qu’ils avaient amassées car au final, ils étaient devenus un peu mon petit réseau d’espion. C’était leur manière à eux de me remercier soi-disant, mais je leur avais toujours dit de faire particulièrement attention et de ne jamais se mettre en danger pour une info. C’était un peu comme des petits frères et des petites sœurs, si jamais ils leur arrivaient quoique ce soit ça me briserait le cœur.

Personne ne savait pour ce petite rendez-vous secret que j’avais avec eux chaque jour. Seule une personne était au courant au cas où que je m’absente pour subvenir à leurs besoins. C’était une personne de confiance ma nourrice celle qui m’avait élevée et qui était venue avec moi à Archadia pour s’occuper de moi pendant que j’étudiais. C’était la personne en qui j’avais le plus confiance et depuis notre rencontre, c’était bien la seule femme qui pouvait avoir le rôle de figure maternelle me concernant. C’était une perle et elle avait toujours été là quand j’avais besoin et elles traitaient également ses enfants comme moi. Elles en prenaient soin, donc ça me rassurait quand je devais me déplacer pour différents rendez-vous ou gala importants impossible à éviter pour garder ma fortune et la gérer un tantinet.

Ils me dirent donc les dernières nouvelles et celle qui m’interpella surtout c’est qu’un de mes anciens lieutenants, à l’époque où j’étais le leader des enfants de la rue, était de retour à Rabanastre. Intéressant, je me demandais bien ce qu’ils étaient tous devenus et je devais avouer que j’avais envie de revoir mes anciens amis. On avait malheureusement perdu le contact, mais cela n’empêchait pas les liens du cœur de rester. Je demandais donc à mes petits camarades où avais été aperçu le fameux lieutenant et s’ils connaissaient son nom. Cependant, ils n’avaient pas réussis à avoir le nom simplement qu’il était à une des tavernes du coin.  Ce n’était pas très grave en soi, j’aurais la surprise, ce serait marrant. Peu importe le lieutenant j’avais gardé de bonnes relations avec tous avant mon départ à Archadia donc ça devrait aller.

Je quittais donc les enfants après leur avoir donné une bonne bourse et laisser un carton de vêtements et de nourriture. Je me dirigeais d’un pas déterminé jusqu’à la taverne à la fois impatiente et aussi un peu stressée d’arriver trop tard pour voir mon ami. Après avoir tourné à l’angle d’une rue et avoir failli prendre un gros malabar dans la face, je finis tout de même par enfin pouvoir pousser les portes de la fameuse taverne où créchait mon ancien lieutenant. D’ailleurs je me demandais s'il était seul ou s'il avait des compagnons de voyages à présent. C'était toujours intéressant de connaître des gens en plus. On sait jamais qui sait ce que ça peut nous apporter ?

J’entrais donc dans la fameuse Taverne et vit un blondinet parler avec la femme tenant le bar. Ce n’était pas un tavernier normalement ? Je m’avançais tandis que l’homme s’éloigna un peu plus loin. Quitte à être ici autant boire un coup et je pourrais peut-être soutirer quelques informations à la jeune femme tenant le bar. Elle était bien roulée en plus. Je finis par m’asseoir sur l’un des tabourets du bar et remarquais les carte sur celui-ci tandis que la jeune femme avait tourné le dos pour préparer des boissons.

Vous faites de la lecture d’avenir dans les cartes ? Je ne savais pas que cela se faisait dans cette taverne. D’ailleurs c’est la première fois que je vous vois derrière ce bar. Enchantée moi c’est Weiss Asche.

Je regardais le monde qu’il y avait dans le bar. Personne ne me disait grand-chose. Mis à part peut-être le blondinet qui parlait justement avec la barmaid avant que je n’entre. Je pouvais sûrement voir avec elle ce qu’il en était et si elle le connaissait. Si elle savait son nom je serais très vite fixée. De dos il m’avait semblé le connaître mais je n’étais pas sûre après tout ça faisait quand même plus de dix ans cette histoire mine de rien.

Dites-moi vous connaissez le blond à l’air séducteur à qui vous parliez toute à l’heure ? Je le connais peut-être mais si vous aviez son nom ça me permettrait de confirmer. Je ne suis sûre de rien, car ça ferait plus de dix ans qu’on ne s’est pas revue.

Je souriais à la tavernière quand des hommes entrèrent dans la taverne. Je me retournais pour voir de qui il s’agissait et soupirait avant de me retourner devant la barmaid me disant que ma journée venait d’être gâchée par ses énergumènes.

Ah te voilà enfin Weiss Asche ! Tes enfants des rues commencent sérieusement à créer des problèmes il faut que ça cesse immédiatement !

Je l’ignorais royalement tandis qu’il reprenait avec une voix plus agacée avant qu’on sente le sadisme dedans.

Tu dois te demander comment on t’a retrouvé non ? Les gamins ça parle quand on sait s’en occuper ~ dit-il tandis qu’il balança un gosse en plein milieu de la pièce ayant été tabassé vu les marques de coups sur son corps meurtri.

Je m’étais retourné au moment précis où il l’avait lâché et mon regard s’enflamma d’une lueur assassine. Comment on pouvait traiter un enfant de la sorte bon dieu ?! Je me levais d’un calme olympien tandis que je m’avançais vers l’enfant en larmes sur le sol. Je le pris tendrement dans mes bras avant de le ramener jusqu’au bar puis je le déposais doucement derrière celui auprès de la barmaid.

Pouvez-vous veillez sur lui ? A moins que vous ne vouliez-vous joindre à moi pour casser la gueule à une bande de crétin ?

Toi nous casser la gueule ? T’es toute seule ma mignonne et on est dix. T’as aucune chance même si ta copine t’aide.

C’est pas la quantité qui compte, c’est la qualité, mais bon je devrais savoir que la taille de ton cerveau n’ai pas élevée vu ce que tu viens de faire devant moi. Maltraiter un enfant comme tu l’a fait qui plus est sans aucune remord est sûrement la pire chose dont tu n’aurais jamais dû te vanter devant moi.

Je t’interdis de m’insulter salope ! Chopez là !

Les crétins sortirent leurs armes prêt à en découdre alors je fis de même dégainant ma rapière.

Partante ou pas Miss Cocktail ?
Revenir en haut Aller en bas
Saki Beoulve

Prophétesse

Prophétesse

Messages : 6
XP : 4
Date d'inscription : 06/01/2018
Localisation : ivalice
avatar

MessageSujet: Re: Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]   Dim 25 Fév - 13:58

Alors que je fis mon service et que je venais de vider mon plateau et que je m’apprêtai à retourner derrière le bar, John me fit signe.

-Dis, Saki, Biggs m’a raconté tout à l’heure que vous inquiétez sur le drame du septentrion.

Je jetai un regard courroucé à Biggs et il sourit en haussant les épaules d’un air faussement désolé avant d’émettre un sifflement admiratif en voyant un duo de jeunes femmes entraient dans le bar. Celui-là avait la langue un peu trop bien pendue. Toutefois John semblait avoir quelque chose à dire. Je lui fis signe que je revenais, allant accueillir les nouvelles clientes et m’occuper de leur commande avant de revenir voir le vieil homme.

-Je suis un ancien soldat et j’ai pas mal roulé ma bosse au cours des années. Ce qui m’a apporté diverses connaissances, notamment en matière de filou.J’ai travaillé dans le contrôle aérien. Je peux dire que ce milieu à son lot de filous, pirate de l’air, mercenaire et escroc sachant que tous ne sont pas le même genre de personnage romanesque que le célèbre Balthier. Tu vois où je veux en venir ?.

-Oui. Tu aurais des idées de pistes ?


-Hélas ce n’est pas si simple. Toutefois si je devais faire une recommandation, ce serait de lorgner de la famille Firel...euh je veux dire Rinhel.

-La famille Rinhel ?


-Oui c’est une famille très puissante dans la production d’airship même si leur activité c’est un peu tassé. Cependant, si je pense à eux, c’est que sous des dehors honnêtes, cette compagnie à sa part d’activités frauduleuses.

-Quel genre d’activités frauduleuses ?


-Le genre gang des airs dans le sens ou ils ont recours à des pratiques basses tel que l’intimidation, le sabotage ou la violence pour se débarrasser de la concurrence et faire que le business aille en leurs faveurs. Façon dragon à deux têtes ou madame Rinhel incarne le côté légal tandis que monsieur Rinhel s’occupe de faire le vilain.Une affaire bien rodée.

-Et vous n’avez pas arrêté cet homme alors que vous savez qu’il est coupable?


-Il a déjà été inculpé et jugé mais toutefois faute d’éléments face à des avocats grassement payé et divers amis hauts placés de la compagnie Rinhel, sa culpabilité n’a jamais été prouvé. Pourtant les choses auraient pu changer avec le juge Roland Riot qui prenait les choses en main et qui bien que modéré, était réputé pour son impartialité. Relation ou pas, les Rinhel avaient du soucis à se faire. D’autant plus que leur compagnie voyait une certaine contestation de sa suprématie à cette époque.Un de leur concurrent allait frapper un grand coup avec un airship révolutionnaire...le Septentrion.

Je hochai la tête. Si ses propos étaient vrai, et John n’avait aucune raison de me raconter des salades, cela faisait tout de même des éléments suspects à propos de la famille Rinhel...même si je restai sur mon intuition que moi et ma famille étaient les vraies cibles de l’attaque. Toutefois même si mon hypothèse s’avérerait juste , quoi de mieux que d’engager des auxiliaires ayant leur propre intérêt dans cet attentat afin de brouiller les pistes tout en s’assurant de leurs motivations.

-Ici ce serait donc à la fois le juge Roland et le septentrion qui apparaissaient comme des épines pour la compagnie Rinhel ? Et cette piste n’a pas été étudiée ?


-Comme je t’ai dit, les Rinhel ont des relations, de plus il n’a été officiellement prouvé que c’était un attentat que des années plus tard. Et j’oublie à truc...Ah oui, bien sur, les huiles d’Archadia et de Dalmasca se sont mutuellement accusés. Bref, les Rinhel pouvaient dormir sur leurs deux oreilles. Entre-temps, je n’étais plus en poste. J’imagine que dans le pire des cas, ils ont du être interroges mais sans suite.

Je demandai alors à John des infos sur comment je pouvais prendre contact avec le clan Rinhel avant de retourner au bar pour ramener des  couverts et en nettoyer. La piste Rinhel ne serait peut-être pas miraculeuse, après tant d’années et de zones d’ombres dans l’affaire, mais elle méritait d’être étudié, pouvant finir des réponses.
-Alors tu me reproches toujours ma langue bien pendue.Commenta Biggs qui était toujours accoudé au bar.

-Hmm, merci d’avoir lancé des cordes et fourni cette piste.


-Je t’en prie. Par contre, on pourrait passer une soirée ensemble juste tous les deux si tu veux me remercier.

-Ne pousse pas ta chance trop loin !


-Dans ce cas, j’irai tenter ma chance ailleurs.
Voilà que quelqu’un d’autre entra dans la taverne et s’amena au comptoir. Une jeune femme à l’air branchée. Une aristocrate selon les apparences.Je la saluai mais finis ce que je faisais avant de lui demander sa commande quand elle  me lança un commentaire. Ah malédiction, j’avais laissé les cartes traînaient enfin à la rigueur une chance que ce soit une inconnue qui le remarque plutôt qu’un bavard comme John ou Biggs.

-Merci.Murmurai-je



Désireuse de ne pas les laisser à la vue plus longtemps, je rattrapai précipitamment les cartes et les rangeai dans une sacoche à ma ceinture alors que j’observai la femme.

-Cela tombe bien car je ne crois pas vous connaître non plus mais je ne suis pas d’ici et je remplace l’aubergiste qui a eu...un malaise. Je suis Saki. Que désires-tu ?


Je commençai à lui faire de la pub de ce qu’on avait, lui montrant nos différents articles comme par exemple la rangée de bouteille sur l’étagère.

- je vois tu es une noble et tu devrais un bon vin .Autrement je te recommanderai le cidre fait maison.Les pommes sont la spécialité ici. Le tenancier a son beau-frère qui a un verger, véritable rareté dans la région. Du coup, il récupère beaucoup de pomme. Et il s’avère étonnamment doué pour la production de cidre et de tarte aux pommes. Je ne peux que vous les recommander. Nous avons aussi des pommes au four et des pommes tout courtes.


Et c’était vrai, car même si Raoul, petit gros chauve et moustachu, n’était pas d’une grande classe, il était un vrai expert en pommes. Je l’avais d’ailleurs interrogé sur le fait que c’était étonnant que la taverne ne soit pas renommée la pomme d’Eden ou un nom qui mettrait bien en valeur cette spécialité mais l’aubergiste trouvait que de rester sur Casque d’or faisait plus aventureux et épique.

La femme, Weiss, m’interrogea sur Biggs. J’eus un sourire entendu et moqueur, devinant que la lady se cherchait un mignon pour prendre du bon temps.

-Ah ce n’est pas de chance pour toi..ou peut-être que si. Le casanova est parti en chasse.Et dire que dans son enfance, il m’a raconté qu’il était un petit gros et que sa meilleure amie à l’époque ressemblait à un cheval.


En effet il avait quitté le comptoir et avait rejoint la table du groupe de jeunes femmes arrivé tantôt et avec lesquelles il était en train de bien sympathiser.

-Ahem, excusez-moi. Vous avez bien dit que vous appeliez Weiss Schwartz ?

Je soupirai en voyant John qui s’était rapproché. Il n’allait quand même pas la draguer, surtout avec tout ce qu’il avait bu, même s’il arrivait à tenir un discours clair et qu’il tenait encore bien debout.

-Vous étiez à l’académie du cinquième district d’ Archadia. Je sais que l’âge à été cruel avec moi ces dernières années mais vous ne me reconnaissez pas ? J’étais votre professeur d’escrime en première année.

Je savais qu’il avait été en effet professeur d’escrime. Toutefois, bien que vétéran et qu’il soit un individu jovial, son niveau d’escrime n’avait rien d’exceptionnel ce qui, couplé à son penchant pour la boisson qu’il avait déjà, l’a fait renvoyer après seulement une année là-bas. Il a enchaîné toutes sortes de petites boulots jusqu’a finir dans le coin. Il avait d’ailleurs une rapière à sa ceinture, par vestige de cette époque et qui lui arrivait de dégainer quand il avait trop bu et qu’il voulait impressionner la galerie même si dans les bagarres, il était plus du genre à être le premier à finir sur le carreau. A ce moment la porte s’ouvrit d’un grand coup. Encore des têtes inconnus. Décidément, je ne sais pas comment Raoul s’y était pris mais cette soirée était un vrai sucés. Enfin pas forcément car à leur dégaine et leur airs,  et accessoirement au fait qu’ils avaient malmené un enfant des rues, je compris que ces types ne venaient pas pour déguster la tarte aux pommes de Raoul.

Je demeurai impassible en assistant à l’échange courtois entre Weiss et ses amis mais John avait tiré sa rapière et la tendait vers les voyous.

-Bande de malandrins ! Faire ça à un enfant !

-Toi ta gueule pépé !


Cependant aussi bien les voyous que Weiss semblait vouloir m’impliquer dans leur histoire. Quand celle-ci m’interrogea, je répondis de façon franche.

-Non...



Avant de soupirer et d’ajouter alors qu’elle me tourna le dos:

-...par contre, ceux qui font de la casse risquent d’avoir affaire à moi. Ajoutai-je avec fermeté.



En faisant jaillir mon aura et que mes yeux flamboyèrent, ce qui fit tressaillir les délinquants mais aussi John, bien qu’il tienne fermement sa rapière, prêt à en découdre. Quant à Weiss, bien qu’elle me tournât le dos, cela sembla lui faire un effet étrange.J’eus un flash

*J’étais assise sur un trône en train de boire un excellente eau de vie, dans une tribune en hauteur. Je soupirai d’ennui en voyant des combattants défilait en bas dans une arène pour se faire malmener par un golem. Pourtant l’une d’elle, une combattante aux armures magiques, changea la donne au battant son golem, réussissant l'épreuve pour entrer dans mon organisation*

Je clignai des yeux et secoua la tête pour me remettre les idées en place.Le chef des voyous s’avança vers Weiss, prêt à en découdre, mais trébucha lamentablement à cause d’un croche pied de Biggs, ce qui provoqua un tas d’éclats de rires.

-Eh mais qu’est ce que tu fais? T’es fou ?
Aboya l’un des truand avant de se jeter sur lui

Biggs joua alors littéralement à saute-mouton, passant dans le dos du type qui cogna alors un de ses amis qui alla se vautrer sur la table des amis de John. Ce qui me fit sourciller.

- Je m'initie aux dressages d'affreux, ne vous a-t-on jamais appris à agir en gentlemen !?
Répondit Biggs d'un air décontracté.

Deux autres gangers vinrent contre lui, il esquiva leurs coups avant d’écraser violemment son pied sur les orteils du plus proche pour l’immobiliser et qu’une aura flashe autour de lui alors qu’il déclencha une autre technique.

-MULTIBAFFE.

Il balança une rafale de gifles aux deux types qui vacillèrent ; leurs têtes faisant comme des castagnettes alors qu’il prit une chaise et la fracassa sur eux pour les finir. Je serrai les poings et m’adressai séchement à Weiss et à John.

-EH !Vous comptez rester à le regarder faire tout seul et le laisser tout saccager ?


alors que Biggs se retrouva encerclé par cinq types et que certain avaient dégainé des armes blanches alors qu’un autre et leur chef étaient en arrière. Il avait sorti une arme. Un tir fusa et une bouteille  de rhum sur le comptoir éclata,étalant son contenu .

-Attention, armes à feu.

Annonçai-je en passant mes doigts dans le liquide.
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Asche

Éclair Flamboyant

Éclair Flamboyant

Messages : 7
XP : 4
Date d'inscription : 08/01/2018
avatar

MessageSujet: Re: Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]   Dim 4 Mar - 14:57

La jeune femme au bar avait laissé des cartes de divination sur le bar. Je me demandais bien ce qu’elle pouvait faire avec ça. Dommage que je ne sache pas interpréter cela aurait pu être intéressant de savoir quel était son avenir. Enfin, même si j’avais su les lire, elle avait rangé les cartes bien trop rapidement pour que je puisse bien les distinguer.

Pas de soucis, après tout c’est mieux que ce soit une inconnue qui les vois qu’un ami proche. Mais bon encore faut-il savoir lire les cartes de tarot à la manière de la divination. Je préfère jouer au jeu de cartes, mais chacun son truc je respecte ça.

Je comprenais mieux en tout cas pourquoi c’était elle qui était au bar ce soir. L’aubergiste avait décidé de prendre son soir on dirait. Ou alors il avait un peu trop bu, cela arrivait parfois. Il se laissait entraîner certains jours dans des beuveries et généralement c’était le premier à tomber complètement fait, donc cela ne m’étonnait guère. Mais c’était surtout qu’il laisse son bar à cette jeune femme. Je ne la connaissais pas du tout, même pas de vu, même si j’avais une certaine impression de déjà vu que je n’arrivais pas à m’expliquer.

Enchantée Saki, tu peux me servir ce que tu veux, la première chose que t’as sous la main je suis pas bien difficile. Et je ne viens pas pour boire de toute manière.

Je la laissais me vendre un peu tout son menu aussi bien boisson que bouffe et je souriais face à sa première phrase.

Je vais vous prendre du cidre. Pour ce qui est de ressembler à une noble c’est peut-être le cas maintenant, mais ça n’a pas toujours était comme ça croyez-moi dis-je en souriant mes yeux soudain perdus dans le vague quelques secondes avant de revenir sur elle afin de lui poser une nouvelle question.

Sa réponse et sa mine moqueuse eut tôt fait de me faire comprendre qu’elle avait mal compris mes intentions ce que je préférais recadrer direct histoire d’être clair.

Alors avant que le malentendu devienne incontrôlable, je joue dans la même cours que ton pote blondinet, t’es plus mon genre que lui si tu vois ce que je veux dire donc non, c’est pas pour passer la soirée avec lui que je suis là, et tu as dit qu’il était un petit gros à l’époque ?

Merde alors ce serait lui ? Il était clair qu’il avait bien changé celui-là, mais pas en mal loin de là. Même si j’aurais volontiers continué cette conversation nous fûmes interrompus par un mec qui avait semblait-il reconnu mon nom. Je le regardais me disant qu’en effet, il me disait quelque chose, sans pour autant arriver à le remettre. Mais quand il se présenta et me fit savoir d’où je le connaissais ça allait tout de suite mieux.

Oui un prof d’escrime nullissime, qui s’est fait chopé un soir où il avait trop bu. Vous êtes loin d’avoir été mon meilleur prof honnêtement.

A peine avais-je finis mon constat qu’une bande de crétins arriva après avoir fait parler l’un de mes petits frères. Bandes d’enfoirés ils allaient morfler pour avoir fait ça à un membre de ma famille. Le petit était en pleur et recroquevillé sur lui-même les mains sur les côtés signe évident qu’ils l’avaient tabassés au sol en le rouant de coup de pieds. J’allais me les faire ces raclures tous autant qu’ils étaient-ils allaient prendre cher.

Apparemment, la dénommée Saki ne m’aiderais pas, mais défoncerais quiconque ferait trop de grabuge au point de casser quelque chose. N’ayant pas l’air commode on allait donc éviter de casser des trucs autres que les gueules des abrutis.

Le chef de la bande approchait droit vers moi, mais fini la tête la première contre le sol. Apparemment le blondinet l’avait fait tomber et les gens de l’auberge étaient pliés de rire. Je devais avouer que c’était plutôt marrant de voir le mec s’étaler alors qu’avant il te menace de mort presque. Cependant, je n’en fis rien paraître restant impassible face au spectacle.

Le blond venait de déclencher un gros capharnaüm et était en train de foutre un gros bordel genre casser des chaises sur la tronche des mecs. Sauf qu’il ne fallait pas de casse et Saki avec son autorité naturelle fit en sorte qu’on se bouge le cul. Je ne savais pas pourquoi, mais j’en eus des frissons me disant qu’il fallait absolument écouter ses directives. Je sortais donc mon arme tandis que des gens commençaient à encercler le blond.

Une arme à feu fut sortie aussi et explosa une bouteille de rhum au passage. Il fallait s’occuper de celui-ci en priorité.

Je m’en charge !

J’effectuais plusieurs pas rapides avec une agilité féline, entre les différents gens de la taverne avant d’arriver devant l’homme à l’arme à feu surpris que je sois devant lui aussi vite. Mais mon entraînement militaire m’avait permis d’améliorer grandement ma vitesse, l’une de mes plus grandes qualités en tant que combattante. Je neutralisais rapidement l’abruti au flingue d’un coup de genou bien placé et me retournais face au groupe encerclant le blond.

Je profitais d’une chaise et d’une table pour prendre appuis sur ceux-ci et sauté par-dessus les hommes afin de me retrouver dos au blond. Une fois encercler comme mon camarade je souris.

Cela ne te rappelle rien ? On a déjà vécu des situations comme celles-ci quand on était enfant. T’as bien changé depuis le temps même si t’es toujours du genre à te foutre dans les emmerdes jusqu’au cou…

Je pense qu’il devrait me reconnaître si vraiment c’était bien l’un de mes lieutenants. Biggs était l’un des meilleurs à cet époque et l’un de mes plus fidèle amis, il me reconnaîtrait sûrement.

Bon il est temps de vous défoncer la tronche.

Les hommes rigolèrent, mais je souriais aussi et m’élançait rapidement vers le premier le désarmant en un coup bien placé au niveau du poignet avant de lui mettre un bon coup de boule qui l’assoma.

Ben alors depuis quand les hommes ont la tête moins dur qu’une femme ? Vous êtes des chiffes molles en fait.

Ma provocation eut l’effet escompté et deux autres hommes foncèrent sur moi tandis que les deux autres fonçaient sur le Dom juan.
Je commençais une série de coup et parades à l’épée avec les deux crétins et je devais avouer qu’ils n’étaient pas mauvais, mais ils avaient bien trop de failles malgré leur ténacité. J’effectuais une feinte ce qui déstabilisa le premier et j’en profitais pour le faucher avant de lui asséner un coup de botte dans sa tronche pour le mettre KO. Plus qu’un donc.

Je rangeais ma rapière et me tournais vers le dernier homme. Je souriais peu impressionnée par celui-ci et cela sembla agacée son égo de mâle. Mais je n’en avais que faire. Après avoir habilement évité la lame de l’homme je finis par l’arrêter entre mes deux mains après qu’il ait essayé une nouvelle fois de ma taillader. Une fois sa lame entre mes mains je la fis passer sur le côté de mon flanc ce qui m’égratigna un tantinet tandis que j’amenais la tête de mon agresseur pile poil à hauteur pour qu’il prenne mon genou en pleine face.

Cela s’était passer en quelques minutes et je vis que mon camarade venait aussi de terminer de son côté. Je m’approchais de lui et souriais.

Dis moi tu es bien le Biggs avec qui on a fait les 400 cents coups quand on était jeune non ? J’étais et suis toujours quelque part, la chef des enfants des rues de Rabanastre, tu ne m’as pas oubliée quand même, si ?




Revenir en haut Aller en bas
Saki Beoulve

Prophétesse

Prophétesse

Messages : 6
XP : 4
Date d'inscription : 06/01/2018
Localisation : ivalice
avatar

MessageSujet: Re: Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]   Sam 17 Mar - 7:55

Comme la plupart des habitués des tavernes, cette Weiss était assez bavarde. Mais également assez sympathique. Alors que je lui servis une choppe de cidre,  j’appris ainsi qu’elle n’avait pas toujours été une noble. Je décidai de répondre à cette confession par une autre.

-Une fille adoptive alors ? Voilà qui nous fait un point commun...


Toutefois elle se rectifia à propos de Biggs. Je haussais à nouveau les sourcils quand je l’entendis dire que je l’intéresserai davantage, comprenant  qu’elle voulait indiquer sa préférence pour la gente féminine.

- Eh bien sinon pour répondre à ta question, il se fait appeler Biggs mais je sais que ce n’est pas son vrai nom.



Vu l’insistance et les réactions de la miss, elle avait l’air de connaître celui-ci toutefois se serait à vérifier auprès du concerné. Toutefois l’entretien fut écourté par John qui s’incrusta dans la conversion.  Weiss le reconnu difficilement, ne le tenant pas en haute estime, ce qui était compréhensible, le vieil ex-soldat étant ce que qu’on pourrait appeler un looser. Après cela survint la bande de truands à deux sous, ce qui provoqua la bagarre.

J’avais donc trempé mon doigt dans l’alcool de la bouteille brisé. J’étais prête à agir avec une formule si le besoin s’en faisait sentir mais comme je m’y attendais , ce ne fut pas nécessaire. Weiss se montrait une combattante des plus efficaces, à la fois en tant que bretteuse mais aussi en matière de bagarre de bar. Elle et Biggs maîtrisèrent facilement les truands et que ça aurait été si Wedge aurait été là. Je demandai à des habitués de remettre de l’ordre et de ligoter les truands pour éviter que ces derniers ne veulent foutre le dawa quand ils reprendraient connaissance, en attendant qu’on les livre aux forces de l’ordre.

- Ce brave John m’a bien aidé je dois reconnaître.

-Vraiment. Il en a battu combien ?


-Aucun, mais disons... qu’il en a tenu un occupé pendant que je réglai le compte des autres. N'est ce pas John ?
-Oui...

Je vis que John souriait en faisant un signe du doigt , et qu’il avait des traces de coups sur le visage, montrant que son affrontement n’avait pas tourné à son avantage tandis que Biggs répondit à Weiss.

-Oh je vois que toi aussi tu as bien changé, le cheval est devenu un renard ! Allez je vous offre à boire en attendant que mon nouveau patron Wedge ne revienne !Tu l’as peut-être croisé en arrivant, un gros bonhomme barbu même si le fait de le confondre avec un ours serait excusable. Il faut aussi que vous preniez de la tarte aux pommes.

Il vint au bar pour commander à boire pour lui, Weiss et pour l'enfant qui avait servi d'otage. Je levais les bras de dépit.

-Je doute qu’offrir soit le terme approprié vu l’ardoise que tu dois déjà à Raoul. Enfin ce n'est pas mon problème.


J’acceptai donc  de les servir  histoire de les remercier, Weiss plus particulièrement, d’avoir réglé leurs comptes aux  truands. Enfin c’était aussi de Weiss  que ces ringards avaient débarqué par ici mais je décidai d’être indulgente et de les laisser fêter leurs retrouvailles, à elle et Biggs. D'ailleurs en prime j'acceptai également de servir à Biggs trois parts de la fameuse tarte aux pommes de Raoul pour lui ainsi que pour Weiss et pour l'enfant. Nul doute qu'ils sauraient l'apprécier à moins d'être allergique aux pommes. Même si j’eus tendance à regretter cette décision quand Biggs indiqua à Weiss le mur  du bar sur lequel Raoul avait l’habitude  de mettre des trophées qu’il trouvait cool, en bon beau qu’il était. Et la Biggs désignait plus particulièrement une affiche d’un contrat terminée qui m’était familière...Nana la banane tueuse. Il rigola en me désignant.

-Tu me croiras si je te dis que c’est Saki Beoulve qui l’a éliminée ? Elle est plus balèze qu’elle en a l’air et est membre honorifique du clan Centurio, auquel Wedge et moi sommes affiliés. C’est comme ça qu’on s’est connus.
-Eh qu’est ce que c’est que ça ?Demanda Toto, un de ceux qui j'avais chargé de remettre de l’ordre .

-Non lâche-ça  toi!



Trop tard, il était à la table où j’étais installé précédemment là où l’oracle m’avait tiré les cartes. Et il avait déjà  ramassé la carte qu'il venait de trouver par terre, nous la révélant. Un squelette dans une cage suspendue avec en titre le cachot. J’eus un sentiment de malaise. J'avais la certitude que c'était la carte que j’avais faillit tirer avant que l’oracle ne disparaisse.

-Eh Toto, ça va ?

-..Ugh…

Le type tremblait comme s’il était en transe et avait de la bave au niveau de la bouche.

-Biggs, aide-le ! Fais lui lâcher cette carte ! Et ne la touche pas !


Voyant que Biggs hésitait, légèrement dépassé par les événements, j'insistai.

-Dépêches-toi, ça urge !



Le blondinet obtempéra en donnant un coup sur le bras de la victime pour lui faire lâcher la carte. Alors que celle-ci retombait, je traçai un signe dans les airs et  pointa la carte d’un index.

-Bang(brasier1)



Et l’instant d’après, la carte s’enflamma et se désintégra en vol. Ces cartes étaient définitivement magiques. La victime s’étaient laissée tombé sur une chaise. Il était sorti de sa torpeur mais était patraque.

-C’est comme si...j’avais été à la place du squelette….dans la cage...j’ai cru que j'allais mourir..

Quelqu’un lui donna une couverture et je lui préparais une tasse de chocolat chaud que je lui fis porter par John. Si jamais j’avais vraiment tiré cette carte, j’aurais été fichu. Je me rappelai que l'oracle m'avait averti du danger de ses cartes. Pourtant j'avais la certitude que son but n'était pas de m'éliminer. Ce serait une façon bien compliquée de procéder pour un assassinat, et on ne m'aurait pas averti des risques.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Weiss Asche

Éclair Flamboyant

Éclair Flamboyant

Messages : 7
XP : 4
Date d'inscription : 08/01/2018
avatar

MessageSujet: Re: Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]   Dim 25 Mar - 14:37

Malgré que je ne la connusse pas, cette jeune femme me donnait une impression plutôt bonne. C’était vraiment bizarre car je me souviendrais d’elle quand même elle n’était pas femme qu’on oublie. Je décidais donc d’en révéler un tant soit peu sur moi histoire de lui montrer qu’elle pouvait me faire confiance, vu que je lui faisais confiance moi aussi. Et apparemment je n’étais pas la seule fille adoptée ce qui en effet nous donnais un point en commun. Je me demandais bien ce que pouvais-être mon histoire comparée à la mienne. Plus tragique, plus exotique ? Bien possible.

Enfin malheureusement la conversation fut écourtée à cause d’une bande d’abrutis. Mais moi et ce que je pensais être l’un de mes anciens lieutenants les neutralisèrent et les habitués du bar les ligotèrent par la suite pour éviter du grabuge supplémentaire. Après tout Saki n’avait pas l’air de vouloir qu’on foute trop le bordel alors les gens s’étaient vite exécutés lorsqu’elle leur avait demandé un coup de main. Autoritaire et sexy, bon cocktail, elle me plaisait clairement plus que ce bon vieux Biggs même si j’étais contente de le revoir ce bougre.

Je souris en comprenant que Biggs m’avait lui aussi reconnu. Puis je me laissais entraîner par lui jusqu’au bar.

Il me semble avoir aperçu ton boss en effet, mais tu me le présenteras bientôt j’imagine ce n’est qu’une question de temps.

Je pris la boisson que Saki me donna puis la part de tarte aux pommes qui était délicieuse je devais bien le reconnaître. J’étais contente de le retrouver et avait hâte de savoir ce qu’il était devenu durant toutes ses années, mais là encore une nouvelle interruption se fit. Un homme ramassa une carte par terre. Une carte qui ressemblait vachement à celles de Saki qui était sur le bar toute à l’heure. Donc c’était sûrement l’une des siennes. Cependant, celle-là avait l’air différente en tout cas, vu sa réaction elle en avait peur.

Faut dire que c’était une représentation assez glauque d’un cachot et que celui qui la tenait maintenant dans la main avait pas l’air en forme. Saki hurla d’ailleurs à Biggs de faire quelque chose pour qu’il lâche la carte ce qu’il finit par faire en poussant l’homme qui la lâcha et Saki eut tôt fait de la brûler avant même qu’elle n’ait pu atteindre le sol. Je la regardais par la suite un sourcil levé.

Tu ne fais clairement pas dans la dentelle toi. En tout cas, t’es douée en magie, je ne doute pas que tu as vraiment neutralisé Nana sur l’affiche des recherchés. Vous vous êtes rencontré comment exactement les gens ? Je veux parler de toi, Biggs et son chef Wedge c’est ça ? dis-je en me tournant vers mon ancien Lieutenant.

Je me demandais bien ce que cette carte pouvait avoir de bien spéciale, mais elle n’était clairement pas nette. Cela voulait dire que n’importe qui touchant la carte aurait pu finir comme le pauvre homme d’avant ? Il était clair que j’allais éviter de toucher les cartes de Saki, je voulais éviter les trucs un peu bizarres dans le style et surtout cela pouvait s’avérer dangereux si c’était le genre de carte comme le cachot. Ce serait quoi par la suite ? La mort ? La faucheuse ? Bref, ce n’est pas très joyeux tout ça.
Je soupirais me disant que je pouvais oublier ça pour le moment. Autant que je me concentre sur notre conversation tout danger semblait écarté pour le moment.

Sinon Biggs qu’as-tu fais durant toutes ses années ? Et toi Saki parle moi un peu de toi, tu dis qu’on avait certains points en commun dis m’en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Saki Beoulve

Prophétesse

Prophétesse

Messages : 6
XP : 4
Date d'inscription : 06/01/2018
Localisation : ivalice
avatar

MessageSujet: Re: Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]   Sam 7 Avr - 22:05

Bien qu’elle était venu ici à la recherche de Biggs et qu’elle avait accompli cette mission, Weiss tournait son attention sur moi. Je notai cela quand elle interrogea Biggs pour tenter d’en savoir plus indirectement sur moi. Et vu que celui-ci était un bavard, il ne manqua pas l’occasion de l’ouvrir alors qu’il invita Weiss à s’installer avec lui à une table faisant face au comptoir et à moi.

- De base pour une mission escorte parce que Montblanc, l’avorton de mog de chef du clan Centurio avait fait appel à Wedge et moi d’escorter la fille d’un de ses bons amis quand elle serait en ville vu qu’il s’agissait d’une dignitaire d’une tribu du désert de la Tsusaar Khoollono. En toute honnêteté on ne peut pas dire que ça nous avait botté des masses, surtout pas Wedge, d’autant que bon la Tsusaar Khoollono signifie la meute sanguinaire, et ce sont les descendant de Roto, le démon du désert, ce qui laisse pas forcément présager une bonne rencontre. encore que dans mon cas ça passa mieux en voyant la princesse du désert. Il faut dire qu’on était affilié au clan Montblanc pour collaborer pour des chasses aux monstres, pas pour jouer les escorts boys. T’auras deviné que la fille en question c’était Saki, Montblanc la connaissait déjà depuis un certain temps mais il l’avait invité à devenir membre honorifique du clan comme son père après qu’il ait entendu et eut confirmation qu’elle avait effectivement éliminée la cible d’un contrat du clan Centurio. Je suppose que tu sais déjà que c’est la condition principale si on veut rejoindre le clan .Notre première rencontre fut effectivement assez glaciale.Toutefois après qu’on découvrit que tout comme nous, elle aimait bien festoyer et se bastonner, ce qui eut lieu dans cet établissement, on sympathisa.

-Je dirai juste que si Roto est considéré comme un démon dans l’histoire de Dalmasca , c’est parce qu’il était un guerrier et un tacticien de génie en matière de guérilla dans les désert, qui a repoussé les forces de Dalmasca, en dépit de leurs effectifs et moyens supérieurs, il y a 80 ans. Et c’est lui qui a fondé la tribu Tsusaar Khoollono .Sukh, mon père adoptif, est d’ailleurs son petit-fils.



J’écoutais d’une oreille d’autant que Weiss était vraiment désireuse de me mêler à la conversation, même si je restai derrière le comptoir. Comme Weiss l’y avait invité , Biggs ne se priva pas de raconter sa vie. Toutefois son ton se fit plus sérieux et j’y sentis une forme de ressentiment.

-Eh bien après que tu nous ai laissés...les choses ont plutôt mal tourné pour nous autres puisque ton remplaçant et ancien bras droit, a choisi d’instaurer la loi du plus fort avec l’aide de sa bande de gros bras. Ceux qui ne se soumettaient pas se prenaient de sévères dérouillés...comme ce fut mon cas. Beaucoup sont partis de leur côtés. Pour ma part, j’ai décidé de bouger dans la haute ville de Rabanastre. Déjà à l’époque et contrairement à ce que mon apparence pouvait laissé penser, j’étais un bon pickpocket. Je parvins à me débrouiller pour survivre à l’aide de larcins. Toutefois, un jour j’avais péché par orgueil en soulageant un cuisinier de sa bourse bien rempli, du moins je pensais qu’il s’agissait d’un cuisinier vu son gabarit même si je n’étais pas le mieux placé pour critiquer vu mon propre poids à l’époque. Content de moi, je retournai à la planque que je m’étais faite sur un toit et piqua un roupillon. J’eus la mauvaise surprise de me réveiller par des gardes qui commencèrent à me bastonner sans ménagement. D’accord je n’avais pas été très coopératif et leur avait suggérer d’aller se faire...mais quand je reconnus mes larcins et que je leur proposai de restituer ce que j’avais volé, ils furent d’avantage intéresser par une expérimentation visant à me jeter du haut du toit. L’un d’eux me lança mais je fus rattrapé au vol par une autre personne. Je reconnu le type , c’était celui que j’avais volé. Les gardes gueulèrent , partant pour le menacer avant de se raviser brutalement en le reconnaissant et en l’appelant le marquis de Tarabas. Après quelques courbettes, ils partirent tandis que le noble reprit sa bourse et se tourna vers moi. Il me dit que je n’avais pas l’allure de quelqu’un capable de survivre longtemps seul par ses uniques moyens. Je dénigrai furieusement en rétorquant que je voulais faire mon possible pour devenir fort. L’autre proposa alors de me prendre sous son aile à condition toutefois que je devienne son valet et surtout que je sois vraiment capable de tenir le compte. C’est donc ainsi que je suis entré au service de Wedge qui m’as soumis à un entraînement qui fut difficile, du moins au début. Et c’est comme ça que je suis devenu un jeune premier filou et débrouillard en matière de tatane. Et toi, ça a l’air de s’être bien passé de ton côté.

Pour une fois , j’étais contente de la volubilité de Biggs car cela permettrait peut-être que la noble m’oublie. Si sympathique qu’elle puisse être, je n’avais pas envie de parler de mon passé au premier venu mais cette Weiss me paraissait être quelqu’un d’opiniâtre et je m’attendais a ce qu’elle revienne la charge.


Ce fut donc un soulagement quand J’entendis un bruit de bottes sur le palier de la taverne. Si j’avais un client à m’occuper, cela faisait d’autant plus une bonne excuse pour ne pas répondre car je ne pensais pas que ce soit Wedge qui revienne.D’ailleurs il faudra que je demande une commission à Raoul pour mon travail vu le nombre de visiteurs ce soir. Pourtant il y avait quelque chose de bizarre.
J’entendis un bruit de bottes qui raclait sur le palier et un bruit comme si on tâtonnait la porte. La clenche se releva avec un déclic et la porte s’ouvrit à la volée, allant heurter le mur.La personne qui était dans l’ombre sur le seuil resta immobile à l'extérieur, en dépit de la pluie battante qui tombait toujours, comme si elle n’était pas décidée à entrer.Je me penchai par-dessus le comptoir et l’interpella amicalement.Originaire d’une famille d’acteur, mes instincts se réveillait. Actuellement, je jouais le rôle de Raoul , l’aubergiste affable.

-Bienvenue au casque d’or ! Entrez, ça ne coûtera pas plus cher. Que puis-je faire pour vous ?



L’individu entra à la lumière et la la température baissa de quelques degrés. Un homme d'âge mûr qui portait une armure de cuir et avec deux épées à la ceinture. Dans le dos, il avait un carquois mais celui-ci était vide. Selon toute vraisemblance, ce devait être un mercenaire, ou un ancien officier vu la présence d'écussons sur son armure. Toutefois son allure laissait supposer qu’il avait connu quelques mésaventures , et pas uniquement à cause de la pluie.Sa tenue portait plusieurs traces de déchirures, d'impacts et des taches séchées. Certaines semblaient être du sang. ses cheveux étaient graisseux et emmêlés, sa barbe hirsute et ses yeux enfoncés et cernés.Il n’avait pas l’air d’avoir dormi , manger ou s’être lavé depuis plusieurs jours.Malgré tout, je m’efforçai de garder mon ton amical, adoptant une voix enjouée pour tenter de l'amadouer.

-Eh bien, on dirait que vous avez eu un sacré périple. Vous voulez boire ou bien manger quelque chose ? Nous avons une carte…


Toutefois comme il ne répondait pas et avait l’air d’un zombie, il parut évident qu'il avait besoin de plus que d'une part de tarte aux pommes et un choppe de cidre pour se remettre d’aplomb. je modifiai mon discours.

-Ou peut-être que vous pourriez commencer par vous reposer.L’établissement fait aussi auberge. Il y a des chambres à l’étage. Et aussi prendre un bon bain dans la foulée.


L’homme scruta tous les visages et se dirigea vers le comptoir,et vers moi. Je vis que que sous son armure, il avait une chemise bleue délavée et un pendentif avec une boucle représentant un loup avec des ailes. Et sur le front, partiellement dissimulé par sa chevelure, il avait un tatouage à l’allure étrange et inquiétante ; un œil fermé entouré de tentacules noirs. Et il avait le regard vide, comme s’il était dément.Malgré tout, je lui offris un sourire commercial.

-t’amuser.



L’homme s’arrêta à quelques mètres du comptoir et tendit une main dans ma direction. Pour la première fois il parla.

-Mzawh zaeh saki. Vakiev Cocoon

J’écarquillai les yeux. Je ne comprenais pas ce qu’il disait et ce dialecte ne me disait rien du tout. Et l’intonation pâteuse de l’homme n’aidait pas.

-Désolé, je ne comprend pas.


-Je…

L’homme semblait fouiller dans sa mémoire.

-Je cherche vous...Saki Gilgamesh...ma tâche ….vous ramenez à Cocoon.

-Cocoon ? C'est qui ça  ?


J'affichai une expression de plus incrédules alor que John glapit sous une révélation.

-Oh mais je reconnais cet insigne ! C'est le clan Airwolf, un groupe de pirate de l'air redouté...enfin du moins il y avait une quinzaine d'année !Pourtant ça fait longtemps qu'on n'en a plus entendu parlé !


Je n'entendis pas ce commentaire ni celui de Biggs car j'avais un flashback. Je me retrouvai pendant l'attaque du Septentrion , avant de perdre connaissance, quand j'avais vu les vaisseaux qui nous attaquaient, plus précisément l'un d'eux qui était passé devant la fenêtre de la salle de réception. Je n'avais évidemment pas vu le visage du pilote d'autant qu'il portait un casque de pilote mais son uniforme …. Je dardai un regard mélangeant noirceur et incrédulité sur l'individu.

-C'était vous...il y a quinze ans…..l'attentat du Septentrion ...la mort du juge Roland et ses amis...mes parents et tous mes amis de la troupe…


Revenir en haut Aller en bas
Weiss Asche

Éclair Flamboyant

Éclair Flamboyant

Messages : 7
XP : 4
Date d'inscription : 08/01/2018
avatar

MessageSujet: Re: Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]   Lun 16 Avr - 19:27

Une fois qu’on eut fini de se débarrasser des importuns j’eus l’idée de faire parler Biggs qui n’avait pas perdu son côté beau parleur. Saki m’intriguait et il était un très bon intermédiaire pour en savoir plus à voir si Saki réagirait. De toute façon, je ne perdais rien à demander ce qu’était devenu Biggs, car mine de rien je l’appréciais beaucoup à l’époque il était comme un frère pour moi, et ça m’avait brisé le cœur de ne pas pouvoir rester avec lui. J’aurais voulu que mon père adoptif le prenne lui aussi, mais il avait déjà eu un mal fou à négocier ma propre venue alors un autre orphelin…

Tout ça à cause de cette sale peau de vache de belle-mère. Une crevure comme on en fait plus, c’était à cause d’elle que j’étais partie tout ce temps dans cette école militaire, elle m’aurait envoyé en pension ou en maison de correction ça serait revenue au même mais là c’est un mix des deux et quand j’avais le malheur de désobéir je ne vous dis pas ce que je pouvais prendre dans les dents. Je n’avais aucune idée de si ce traitement m’était réservé ou non, mais déjà le fait que j’étais une ancienne gamine des rues et qu’en plus je sois femme ne m’avais pas grandement aidé.  Je me demande ce que je serais devenue si j’étais resté avec Biggs et les autres, si j’aurais pu finir dans ce groupe qui avait l’air loufoque il faut bien l’avouer.

Apparemment elle avait fait entendre parler d’elle la fameuse barmaid de ce soir. Elle avait éliminé une cible du clan Centurio et s’était fait connaître grâce à cela. Après à voir si elle avait fait ça de manière spontanée ou si elle l’avait prémédité. J’avais bien trop de mal à la cerner pour savoir le fin mot de l’histoire, mais si j’apprenais à la connaître et à lui faire confiance peut-être me rendrait-elle la pareille ? En tout cas, je sentais une connexion entre elle et moi c’était clair, à voir de quelle façon nous étions connectées exactement. Pourtant il me semblait bien ne jamais l’avoir vu et la rencontrer vraiment pour la première fois aujourd’hui, mais qui sait peut-être dans une autre vie ?

En plus d’être une guerrière tu es aussi une érudit il semblerait. En tout cas, tu as l’air d’être assez cultivée. A voir si c’est juste de l’esbroufe ou si c’est véridique, mais je pencherais quand même pour la seconde option dis-je avec un sourire arrogant.

Je souris impatiente de savoir l’histoire de Biggs et perdit bien vite mon sourire face à sa première phrase. Prends-toi ça dans les dents, au moins c’était clair qu’il m’en voulait, difficile de ne pas le remarquer. Une fois qu’il eut fini son speech je pus enfin en placer une et décidais de me défendre, car il n’était pas le seul à en avoir bavé.

Concrètement, si j’avais su ce qui m’attendait j’aurais largement préférée rester avec vous tous dans la rue. Tu crois que parce que j’ai été adopté par une famille de riche, j’ai bien vécu le reste de mon enfance et mon adolescence ? Eh bien je t’arrête tout de suite, car c’était tout sauf un long fleuve tranquille. Mon père adoptif est décédé peu de temps après mon adoption et ma poufiasse de belle-mère à trouver bon de m’envoyer en école militaire. Tu vois le mélange entre une pension et un camp de correction ben c’est ça. Durant toutes mes années là-bas j’ai dû sans arrêt me battre quand on ne venait pas à plusieurs tabasser l’orpheline. J’étais seule, je n’avais aucuns amis, je pensais sans arrêt à vous en me disant que vous étiez forts et que vous réussiriez. Je l’espérais très fort. Une fois que j’ai compris que peu importe mes efforts pour m’intégrer on continuerait sans cesse à m’emmerder, j’ai fini par me rebeller et à bosser dur pour pouvoir leur rendre à tous la monnaie de leur pièce et c’est ce qui est arrivé après des années d’acharnement dans cette putain d’école. Et encore je ne te dis pas toutes les fois où j’ai pris cher par les profs à cause des fils et filles à papa qui venait se battre avec moi et qui pleurait dans les jupons des profs.

Je pris une gorgée de ma boisson histoire de prendre une pause et que Biggs assimile les choses et reprit par la suite.

Une fois que j’eus fini l’école major de ma promo, je suis revenu et j’ai évincé la garce qui me servait de belle-mère. Je m’étais bien renseigné sur tout le côté juridique et j’ai réussis à la dégager et c’est comme ça que j’ai récupéré cette fortune. Mais depuis pas un seul jour ne passe sans que je n’en fasse profiter les enfants des rues de Rabanastre. Parce qu’ils sont tous comme des petits frères pour moi, comme tu l’as été et comme tu l’ai encore. Je suis désolée de ce qui t’es arrivé, mais tu n’es pas le seul à avoir souffert dans cette histoire et au départ j’y voyais surtout un moyen de subvenir à tous les enfants des rues. Mais je n’avais pas prévu que la marâtre assassine sans scrupules mon père adoptif et dégage du passage dis-je en souriant tristement vraiment peinée par notre séparation.

Malheureusement, n’étant pas devin jamais je n’aurais pu deviner que ça se passerait comme ça sinon, j’aurais agi autrement. Mais avec des si on refait le monde comme on dit. Maintenant que les choses étaient claires entre Biggs et moi j’allais revenir m’intéresser à Saki quand des bruits de pas synonyme d’un nouveau client résonnèrent dans la bâtisse. D’ailleurs je vis bien que Saki s’empressais de savoir ce qu’il voulait pour éviter que je revienne à la charge justement. Décidément elle était bien trop perspicace…

Le client avait l’air de sortir d’outre-tombe vu sa dégaine négligée et vraiment pas nette. Saki lui proposa divers services, boissons, couchage, mais il ne disait pas grand-chose le gaillard. Pas très bavard ou alors il était muet ? Il fini par parler après s’être approché du bar et personne ne compris ce qu’il bafouilla. Il n’était pas d’ici lui, ou alors cette langue venait d’une autre région, mais ça ne me disait vraiment rien du tout comme langage, peut-être que c’était un village reculé ou une île très peu habitée ? Pourtant quand Saki eut tôt fait de lui dire qu’elle ne captait pas un mot, il parut cherché dans sa mémoire avant de finir par parler notre langue. Ok c’était qui ce guignol exactement ? D’où il sortait ? Et Cocoon c’était quoi exactement ? Jamais entendu parler.

On se regardait tous dans le blanc des yeux durant un temps alors que Saki était perdue dans ses pensées tandis que d’autres parlait pour dire des trucs auxquels je n’accordais aucune importance. Mon attention étant captivé par cet homme qui semblait venir de bien plus loin que ce qu’on le pensait tous. Quand Saki revint à elle ce fut pour accuser l’homme. Alors comme ça, elle avait perdu ses parents dans un attentat ? Pas évident tout ça, je comprenais qu’elle soit toujours sans cesse sur le qui-vive. Elle devait sûrement craindre un minimum pour sa vie. Cet attentat ne me disait rien, mais apparemment, la cible n’était pas vraiment sûre pour tout le monde.

Je me tournais vers Biggs et vint jusqu’à son oreille chuchoter.

Je pense que ce ne serait pas superflu qu’on maîtrise le zombie, il a des choses à dire à Saki et je ne suis pas sûre qu’elle veuille aller avec lui et qu’il le prenne bien tu vois ce que je veux dire ? On règle ça comme au bon vieux temps l’ami ? Je fais diversion ou tu le fais ? dis-je en souriant ayant hâte de passer à l’action.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Croyez-vous au pouvoir de l'âme humaine?[Tag:Weiss]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aujourd'hui, vous allez pouvoir ouvrir les yeux et entendre le son de la vie. [Terminée ?]
» Lawliet Weather. (vous y croyez vous ? U_U)
» Parmi les records suivants de la LHJMQ, lequel croyez-vous sera le plus difficile à battre de nouveau?
» Croyez vous que le Canadien sera en mesure de battre le record?
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crystalized Destiny :: Toute l'histoire :: Ivalice :: Royaume de Dalmasca :: Rabanastre :: Haute Ville-
Sauter vers: