Forum rp sur les univers de Final Fantasy VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII et Valkyrie Profile.  
AccueilRechercherPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il est temps d'écrire une nouvelle histoire [June Rinhel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
June Rinhel

Épéiste de Poche

Épéiste de Poche

Messages : 8
XP : 6
Date d'inscription : 08/01/2018
avatar

MessageSujet: Il est temps d'écrire une nouvelle histoire [June Rinhel]   Ven 26 Jan - 20:30

June Rinhel



Prénom : June
Nom : Rinhel
Date de naissance / Âge : 21 ans
Monde d'origine : EarthLand (1ere vie) Ivalice (2nd vie)
Lieu de naissance : Archadès
Allégeance : Indépendant
Rang : Epéiste de poche
Autre : Comme sa soeur, June a également une monture, un très gros chien nommé Ulaan.

Provenance avatar : Iri Flina de Sword Girls



Miroir Ô Miroir, montre moi ce personnage !


June a un physique presque identique à celui de son ancienne vie, ironiquement, se sont les deux traits les plus remarquables chez elles qui ont changé.

On ne peut pas dire qu'elle est faible ou chétive, mais elle a définitivement une petite carrure, faisant tout juste 1m55 et étant assez svelte, elle passe pour un poids de plume à côté de sa jumelle, mais au moins ne se fait pas battre au niveau de la taille du buste, ce qui est déjà pas mal. L’entraînement à l'épée lui a quand même permis d'avoir un corps tonique et de se faire un peu de muscles. Elle a aussi la peau pâle, pas au point d'être comparable à de la porcelaine, mais qui bronze très difficilement.

Son visage est dans les normes de la beauté : une fine mâchoire, un menton un peu pointu, un petit nez, de fins sourcils. Son œil droit est bleu, l'autre, rouge, est souvent couvert par un cache-oeil bien qu'il fonctionne parfaitement. Ce qui peut être troublant, c'est le contraste entre ses traits assez juvéniles et son regard mature, parfois même remplie d'une certaine nostalgie.
Ses cheveux sont semblables à une courte crinière blanche avec des tons argentés, un peu ébouriffés et demandant pas mal d'efforts pour conserver une forme consistante. Dans son ancienne vie, ils étaient d'un bleu éclatant, mais June se console en se disant que maintenant, ils sont de la même couleur que ceux de sa sœur.

Niveau vestimentaire, June préfère des tenues simples et pratiques : ni trop ample pour s’empêtrer, ni trop serrant pour bloquer les mouvements. Elle aime aussi les tons neutres et évitera les couleurs trop criards, ou les designs trop complexes, après tout, son cache-oeil et ses cheveux attirent déjà assez l'attention.
Asseyez-vous sur le divan et parlez moi de vous !


Au plus profond d'elle, June reste la même personne : une jeune fille intelligente et pleine de ressources, avec des plans semblant parfois idiots, mais qui pourtant fonctionnent. Elle est aussi une bonne samaritaine qui essaie de faire le bien, mais dont la malchance et la maladresse l’entraînent toujours dans des situations périlleuses. Elle sait que même quand la vie est douloureuse, il faut se relever et avancer, il faut se forcer à sourire, même si c'est difficile, il faut le faire, pour soi-même et pour les autres.

Sa personnalité positive l'incite à voir la meilleure partie de sa réincarnation, bien que son ancienne vie fut assez courte, elle fut pleine d'expériences et de connaissances. Certes, son pouvoir magique qu'elle aimait tant a disparue, et elle ne pourra jamais le réapprendre dans ce monde, mais il lui reste son savoir médical, son expérience de combattante. Et surtout, elle se souvient de ses anciennes erreurs, ses échecs en tant que soigneuse, mais les conséquences ont disparues, permettant à June de se distancer du regret, levant un certain poids, le poids des morts, de ses épaules

Mais, malgré tout, June a du mal à accepter que son ancienne vie lui a été arraché, il est dur ne pas penser à ce qui aurait pu être, d'embrasser complètement sa nouvelle vie. Il est difficile pour elle de tourner la page, ou plutôt, d'écrire sur cette nouvelle page blanche sans tenter recopier désespérément les éléments de son ancienne vie. La nostalgie et l'amertume lui donnent parfois le sentiment qu'elle ne devrait pas être la, mais pourtant elle n'a pas d'autre choix que d'avancer.

Et pourtant, plus le temps passe, plus il est difficile pour elle de dire avec certitude qu'elle aimerait retourner à son ancienne vie. Et elle n'arrive pas à dire si cela est une bonne chose ou non.

C'est écrit dans votre karma...


Dans mon ancienne vie, j'étais June Fyrel, puissant mage et médecin en chef de la guilde d'Untaj Luu. Âgé de 20 ans, j'étais presque au sommet de ma puissance magique et de mes capacités de soin,
Mais un jour, un jour anodin, alors que je vaquais à mes occupations habituelles, un portail apparu soudainement de nul part et m'aspira avant que je n’eus le temps de réagir.
En un instant, sans un bruit, j'avais disparu de mon monde.

Quand je repris connaissance, je fus prise de panique et de confusion : mon esprit était embrouillé, ma vision était trouble, mon œil magique ne fonctionnait pas, mon corps était lourd, je pouvais à peine bouger mes bras et mes jambes et je sentais que quelque chose de géant me tenais …. et j'étais nue aussi. Pour couronner le tout, quand je tentai de prendre la parole, je ne pus sortir qu'une sorte de braillement et sentie une affreuse douleur au niveau des poumons. Normalement, je gardais mon calme dans les situations de stress, mais la, ce fut un peu trop pour moi, je me mis à crier à pleins poumons pour appeler à l'aide, mais ne pus former que des braillements. Puis, au bout de quelques minutes à pleurer et à m'agiter, je finissais finalement par me calmer, ou plutôt, j'avais oublié pourquoi je pleurais, comme si quelqu'un avait profité de mon état de panique pour poser un voile sur mon esprit. Une fois plus calme, on me déposa dans les bras de ma mère, me sentant m'assoupir, je jetais un petit regard vers un autre nourrisson juste en face de moi, me sentant étrangement rassuré de sa présence, puis de m'endormis, laissant mes derniers souvenirs disparaitrent.

Privé de mes anciens souvenirs, je passai donc un début d'enfance totalement normal dans un monde nommé Archadès. Ma mère, Shena, était à la tête d'une entreprise de construction d'engins volant, bien évidemment, c'était un travail lui demandant beaucoup de temps, aussi notre mère fut toujours très occupé durant notre enfance, mais nous ne lui en avons jamais voulu, après tout, c'était grâce à elle que nous n'avions jamais manqué de rien financièrement. Et puis, il y avait notre père, Dhakhar, pour prendre soin de nous, officiellement, il était père au foyer, et passait réellement la majorité de son temps à la maison, mais officieusement, il aidait notre mère de temps en temps en … Sabotant quelques concurrents, une attaque de bandits par-ci, une machine détruite par-la, mais se sont les dures lois du commerce. Et puis même dans les rares moments ou mon père était absent, il me restait ma sœur jumelle, Kushi. Comme beaucoup de jumeaux, nous étions inséparables dans notre jeunesse, jamais loin l'une de l'autre, bien que nous étions déjà assez différentes. Kushi était une enfant calme, ne pleurant que rarement, tandis que moi, j'étais une petite boule d'énergie qui courait partout, tombait souvent et donc pleurait régulièrement.

Bref, j'étais une petite fille normale, à un détail près, depuis toujours, j'avais les yeux vairons, ou «hétérochromes» un bleu et un rouge. Rien de très dérangeant jusque la, mais depuis ma naissance, je gardais le rouge toujours fermé. Mes parents m'avaient emmenés chez de nombreux spécialistes et tous avaient été formels : malgré sa couleur, cet œil était normal et je n'avais aucune raison de le garder fermé. Certains tentèrent bien de me forcer à le garder ouvert quand j'étais bambin, mais je finissais juste par fondre en larmes, donc mes parents décidèrent de laisser mon œil tranquille en espérant que je corrige cette étrange habitude moi-même, de toute façon, ils avaient un bien plus grand problème sur les bras avec Kushi et sa mystérieuse phobie du contact masculin.
Ce n'est vers l'âge de 6 ans que je devins assez «mature» pour commencer à me poser la question, à me demander pourquoi je gardais toujours cet œil fermé. Enfin la réponse, je la savais : quand j'avais cet œil ouvert, j'avais une sensation d'inconfort, l'impression que quelque-chose n'aillait pas, que je n'étais pas censé pouvoir voir avec cet œil. Donc la vraie question que je me posais était plutôt, pourquoi je me sentais comme cela ?

Je ne saurais expliquer réellement pourquoi, mais le fait de chercher une réponse, le fait d'essayer de me souvenir d'un élément pouvant justifier cette réponse a sans nul doute commencé à réveiller mes anciens souvenirs. Quelques jours plus tard, en me regardant dans le miroir, pendant l'espace de quelques secondes, ce n'est pas mon reflet que j'ai vu, mais une femme étrangement familière, une adulte me ressemblant étrangement mise à par que ses cheveux étaient bleu. La vision n'a duré qu'un bref instant, me faisant croire que j'avais halluciné, mais ce ne fut pas la fin de ces visions. Malgré cela, je prétendis que tout allait bien, faisant de mon mieux pour passer pour une gentille petite fille totalement normale, quoique un peu précoce à l'école, mais en même temps, j'apprenais vite, ou plutôt réapprenais vite.
Durant cette période, je commençai également à apprendre l'escrime auprès de mon père dans le but de me rapprocher de lui, ou peut-être répétais-je juste instinctivement quelque chose que j'avais déjà fait dans le passé. Kushi, se sentant négligé devint plus violente, plus rebelle, ce qui me brisa le cœur surtout que j'étais impuissante, mais nos parents décidèrent que si Kushi avait envie de taper des gens, elle taperait des gens… mais dans un club. Et fort heureusement ce club lui fit le plus grand bien, lui permettant de se défouler et se trouver une nouvelle passion… le fait que sa famille soit là pour l'encourager, même dans le plus petit des tournois fut un gros boost pour son égo. Mais voir Kushi se battre à main nue me semblait étrangement familier.
Au fil du temps mes visions ne firent que s'empirer pour moi, devenant plus nettes, plus fréquentes, parfois, je revivais des parties de mon ancienne vie dans mes rêves, mais n'en n'avait qu'un souvenir flou au réveil. Parfois quand je me tournais vers Kushi, pendant un instant, c'était une adulte en armure que je voyais, ressemblant étrangement à ma sœur, mais en plus triste, plus mélancolique, bien que cette image me donnais un sentiment inexplicable de sécurité. A la place de mon père je voyais un homme complètement différent, que je n'avais jamais vu de ma vie, mais pourtant mon cœur se serrait en le voyant. Et à chaque fois, j'étais assailli par le sentiment d'avoir oublié quelque-chose de terriblement important, presque vital.

Ce fut à mes 8 ans que le déclic eu enfin lieu.
Alors que je m’entraînais seule à l'épée, je m'étais écorché la main dans une mauvaise chute, impassible face à la vue du sang, j'étais tout simplement partie chercher une trousse de soin, des aiguilles de coutures et avait commencé à me soigner toute seule. Sur le coup, je ne fus pas réellement consciente de mon action, j'étais dans une sorte de transe, comme un robot exécutant un geste, je l'avais répété tellement de fois que je le faisais automatiquement, sauf que je n'étais censé avoir aucune connaissance médicale. Une fois le bandage fait, j'avais machinalement attrapé une aiguille, puis m'étais piqué la main et voulant utiliser ma magie pour faire disparaître la douleur, bien évidemment cela ne fonctionna pas, et se fut la douleur de la piqûre qui me fit revenir à la réalité. Dans un moment de confusion, mon regard se posa sur cette aiguille, pendant une seconde, je la fis miroiter sous la lumière du soleil en essayant de comprendre ce que j'avais tenté de faire, puis l'instant d'après mes souvenirs déferlèrent dans mon esprit.

Je ne sais pas combien de temps, je suis resté planté là à fixer cette aiguille, ni quand exactement, je me suis mise à pleurer. Quand mon père me trouva, il mit mes larmes et mon mutisme sur le compte de ma blessure et de la fatigue et me transporta simplement dans ma chambre en tentant de me consoler. Une fois seule, je pris le temps d'assimiler la vérité, qui fut plus dure à avaler que prévu. Soudainement, j'avais de nouveau conscience de cette ancienne vie, de tout ce que j'avais perdue, de tous ces gens que je ne reverrais sans doute jamais, tous ces lieux ou je ne pourrais plus mettre les pieds. Retrouver mes souvenirs fut à la fois une joie et une douleur immense, comme si on me donnait conscience que j'avais possédé quelque-chose de magnifique, seulement pour également me rappeler que je l'avais aussi perdu.
Je ne pouvais plus retourner à mon ancienne vie, je ne pouvais plus être «June Fyrel», mais d'un autre coté, je n'étais plus vraiment «June Rinhel», dans le sens ou je ne pouvais ignorer les souvenirs de cette ancienne vie, surtout au vu du mal que j'avais eu pour m'en rappeler. Je ne pouvais simplement ignorer une de mes vies au profit d'une autre, il fallait donc maintenant que j'apprenne à vivre en jonglant entre évoluer dans un nouveau monde sans ignorer ce que j'avais été.

Mais malgré ce dilemme, avoir appris la vérité me retira un énorme poids des épaules et la fin de mes visions me permit de me concentrer un peu plus sur ma vie actuelle. Déjà, je rejoignis un club d'escrime, j'avais et continuais à bien m'améliorer avec mon père, mais mon ancienne expérience m'indiquait qu'il était toujours bon d'apprendre auprès de diverses sources, surtout que je n'apprenais plus l'art de l'épée pour faire jolie, mais bel et bien pour apprendre à me défendre, puisque mon ancienne magie était inutilisable dans ce monde. Niveau études, rien ne changea réellement, mise à part que je me mis à aider Kushi avec son apprentissage, ce qui me permit de me rapprocher de nouveau un peu d'elle et de combler le fossé qui s'était creusé pendant sa période de violence.
Et puis maintenant que j'avais retrouvé mes souvenirs, je portais un intérêt très particulier sur Kushi, j'essayais de savoir si Kushi était bien Kushi, enfin LA Kushi de mon ancien monde. Elles avaient toutes les deux presque le même visage, la même voix et un caractère très semblable, cela me semblait bien plus que de coïncidences, aussi, j'espérais que ma jumelle tardait juste un peu pour retrouver ses souvenirs.
J'aurais pu y aller de manière franche et lui en parler directement, mais elle sortait d'une période difficile et commençait tout juste à trouver plus de stabilité dans sa vie, je n'avais pas envie de tout bousculer et de la perturber d'un coup. Je décidais donc d'attendre, observant de très près ma sœur dans l'espoir de voir un signe, un indice quelconque qu'elle commençait à se souvenirs.

Bref, les deux années suivantes, jusqu'à nos dix ans donc, furent beaucoup plus calme pour ma sœur et moi, je pourrais même aller jusqu'à dire que nous avions eu une fin d'enfance assez normale, rythmé par les compétitions de combats de Kushi et d'escrime pour moi. Ce fut d'ailleurs pendant cette période que ma jumelle parvint enfin à surpasser sa phobie des hommes, phobie dont je connaissais maintenant l'origine. J'avais conscience que Kushi avait vécue une ancienne vie plus sombre, plus traumatisante que moi, j'aurais donc dû réaliser qu'elle n'avait peut être pas envie de se souvenir, mais j'étais tellement obnubilé à l'idée de pouvoir retrouver quelqu'un de mon ancienne vie, quelqu'un avec qui discuter de mes souvenirs qu'à l'époque cette idée ne m'effleura même pas. J'avais pris mon mal en patience, croyant que cela ne serait qu'une question de temps, que kushi pourrait retrouver ses souvenirs à n'importe quel moment.
Mais lors de notre anniversaire, à nos dix ans, Kushi me ramena une surprise qui me donna espoir, ou plutôt deux surprises, deux petites boules de poils à l'apparence un peu différente mais définitivement familière. Il ne me fallut qu'un regard sur eux pour voir dans un bref flash qui ils étaient réellement : Ulaan et Gova, mon ancien chien et l'ancien cheval de Kushi, certes, ils étaient passés de géants à boules de poils de poches, mais c'était eux sans aucun doute, la preuve étant, qu'ils répondirent sans aucune hésitation quand je les appelai par leurs anciens noms.
Il me fallut beaucoup de contrôle pour ne pas fondre en larmes devant tout le monde, mais la nuit, dans ma chambre à l’abri des regards, je fêtai mes retrouvailles avec mon fidèle compagnon, heureuse de voir qu'il m'avait suivi jusque dans cette vie. Et cette retrouvaille me redonna pendant un bref moment espoir, si Ulaan et Gova étaient la, alors pourquoi pas les autres?

Mais je déchanta rapidement, peu après notre anniversaire, Kushi décida d'affubler Gova d'un autre nom, bien que ni moi, ni le cheval ne furent enchantés par sa décision. Ce faux espoir que j'avais eu me laissa un goût amer dans la bouche, et je ne savais si c'était à cause des hormones de la crise d'adolescence, ou simplement le fait que j'attendais déjà depuis 2 ans, mais je commençais à perdre patience, ou plutôt à perdre espoir. Je tentais de forcer un peu plus la main, en laissant s'échapper un indice par-ci, un détail par-là dans l'espoir de la faire réagir, mais non, Kushi restait de marbre face à mes tentatives, ce qui ne fit qu'augmenter la frustration chez moi. Frustration qui me poussa à m'éloigner un peu de Kushi, ou plutôt qui rendait le fait d'être prêt d'elle difficile, surtout qu'au plus nous grandissions, au plus elle ressemblait physiquement à la Kushi de l'autre vie, et penser qu'il s'agissait de deux personnes différentes était franchement douloureux. Pourtant, j'aimais terriblement ma sœur, tout comme j'aimais mon ancienne sœur, et l'idée de ne plus jamais revoir cette Kushi là me brisa le cœur, l'idée de ne revoir aucune des personnes que j'avais connues m'étais insupportable.
Ce fut à l'âge de 12 ans que ma patience atteigna sa limite, je ne saurais dire exactement pourquoi, mais après une énième petite tentative et une énième fois que ma sœur était resté de marbre, se fut la goutte d'eau qui fit déborder. Dans un élan de frustration, je quittai la maison, on pouvait difficilement qualifier cela de «fugue», mais dans cet instant de colère, j'envisageais sérieusement de partir à la rechercher de la «vrai kushi», et des autres aussi. Mais cela ne dura pas longtemps, au final, j'avais surtout fait une longue balade dans les quartiers de la ville pour prendre l'air et me calmer, et n'était donc partie qu'une heure. Mais cette courte et soudaine disparition fut suffisante pour faire paniquer Kushi … et lui donner le déclic suffisant pour retrouver sa mémoire. Ce qui fut une drôle de surprise pour moi, de voir ma sœur arriver en larmes et avouer se souvenir de tous, mais une agréable surprise bien que je m'en voulu d'avoir fait pleuré ma sœur.

Et avec sa, le fossé qui me séparait de Kushi depuis le moment ou j'avais commencé à avoir mes visions sembla enfin se combler. Bien sûre, nous n'étions et ne serions sans doute jamais sur la même longueur d'onde vis-à-vis de cette histoire de réincarnation, mais au moins nous avions toutes les deux acceptés la vérité et pouvions enfin en parler entre nous. Et enfin elle redonna a Gova son vrai nom, ce qui fit réellement plaisirs à l'équidé, bien que sans doute vexé que son propriétaire ait mit autant de temps pour s'en souvenir. Mais au moins maintenant nous pouvions nous accorder sur un nouvel objectif  : se préparer a partir à l'aventure. Nous n'allions pas partir tout de suite, mais je comptais bien profiter des prochaines années pour me préparer au maximum. Après tout, si nous nous étions toutes les deux réincarnés, il y avait de fortes chances que Weiss et Saki aussi, la perspective de les revoirs valait au moins la peine de chercher.
Améliorer mes compétences d'escrime fut l'objectif principal, il me fallut également réviser toutes les bases de la survie et du camping si nous finissions par voyager dans des lieux hostiles.  J'envisageais même d'apprendre la magie de soin de ce monde, mais elle était trop différente de celle de mon ancienne vie, et je n'avais pas envie de devenir une pâle copie de ce que j'avais été. Mais comme je ne pouvais pas non plus utiliser mes compétences médicales de nul part, je fus obligé de prendre des cours pour les justifier. Je m'en voulais de faire payer mes parents pour des cours ne me servant que de couverture, mais ils semblaient si heureux à l'idée d'avoir une fille soigneuse, et puis réviser les bases me faisait jamais de mal. Sauf que je fis moins dans la dentelle oour cet apprentissage, je me permis de sauter quelques classes dans la limite de "l'enfant précoce" et obtenue mon diplôme à 16ans, presque une promenade de santé pour moi, le plus dur avait été de prétendre avoir quelques difficultés.

Comme dans mon ancienne vie, se fut à mes 19 ans que je quitta le nid familial, accompagné de Kushi et de nos montures. Bien sûre, nous ignorions ou Saki et Weiss étaient, si leur apparence avait changé, voir même si elles avaient retrouvé leurs souvenirs. Autant dire que nous cherchions deux aiguilles dans une botte de foin, mais même après 2 ans de recherche, je ne baissais pas les bras, elles avaient été trop importantes dans mon ancienne vie pour que je les abandonnes et les oublie.

Même si elles ne se souvenaient plus de nous, nous savions qui elles avaient été, et c'était tout ce qui comptait.


Parlez-nous un peu de vous, joueur !

Prénom et/ou pseudonyme : June
Âge : 19ans
Disponibilité : normalement je peux venir jeter un oeil a mes rps presque tous les soirs.
Comme nous avez-vous trouvé ? *pointe du doigts Fenrir qui lui a fait miroiter le fo pendant plusieurs mois*
Les mots codes * : [Validé par Kusanagi]
Votre expérience RP ? J'ai fait d'abord 1/2 ans de rpcb, et sa fait environ 4 ans que je rp sur de vrais forum (majoritairement fantastiques)
Question subsidiaire... Cookies ou donuts ?! Cookies

* Information obligatoire
Revenir en haut Aller en bas
Fáfnir

Grand Dragon qui des fois crache du Feu !

Grand Dragon qui des fois crache du Feu !

Messages : 594
XP : 10057
Date d'inscription : 06/07/2017
Age : 38
Localisation : Devant mon Fruit
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps d'écrire une nouvelle histoire [June Rinhel]   Sam 27 Jan - 0:19

Bienvenue et bon courage pour ta présentation. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://crystalized-destiny.forumactif.com
June Rinhel

Épéiste de Poche

Épéiste de Poche

Messages : 8
XP : 6
Date d'inscription : 08/01/2018
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps d'écrire une nouvelle histoire [June Rinhel]   Mer 31 Jan - 18:35

Coucou, j'ai finis ma présentation !
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi

Sac à main

Sac à main

Messages : 300
XP : 10001
Date d'inscription : 09/07/2017
Age : 21
Localisation : Démêle ses têtes
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps d'écrire une nouvelle histoire [June Rinhel]   Mer 31 Jan - 19:44

Bonjour et bienvenue sur Crystalized Destiny !



Je dois dire que aujourd'hui les jumelles sont en forme xD. Je me permets donc de te valider ta présentation. Le mental et le physique rendant honneur a ton personnage et l'histoire racontée du point de vue de June rend très bien aussi.

Comme tu dois le savoir, tu peut déjà préparer ta fiche technique mais nous ne la finaliserons que dans un petit moment.


Présentation validée !


En tout cas bon RP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Il est temps d'écrire une nouvelle histoire [June Rinhel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il est temps d'écrire une nouvelle histoire [June Rinhel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tourner la page et écrire une nouvelle histoire (15/08)
» Arrêter de raconter la même histoire et en écrire une nouvelle (Hayden)
» Laisse moi le temps d'écrire ! Kaoru Mishiwa~
» Une nouvelle histoire, pour une nouvelle vie. -By Nut-
» Mérida || Ma mère pense du fond du cœur que chacun est libre d'écrire sa propre histoire, de suivre son cœur et de trouver l'amour le moment venu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crystalized Destiny :: Règlement, explications, vie du forum :: Les citoyens des mondes :: Fiches validées-
Sauter vers: